>Le Grenier

31 mai 2007

Amstrad CPC « quelque chose, mais quoi ? »

Publié par merlinbreizh dans Humeur

A ceux qui furent jeunes un autre jour qu’aujourd’hui, voici l’un des premiers ordinateurs sur lequel j’ai « tapé » : le pauvre.

En fait je n’ai jamais réussi à faire autre chose que l’allumer, mater avec effroi un petit carré vert qui clignotait rageusement. De temps en temps, j’allumais la bête, histoire de voir si, par hasard, j’allais savoir m’en servir comme par miracle. Mais non. Toujours je regardais le carré vert clignotant, parfois je m’aventurais à taper sur une touche, il y avait un Bip, et une suite de lignes de commandes s’affichait sur l’écran. Je me demandais si cette ordi allait alors exploser. Mais non, toujours non.

Cet Amstrad CPC « quelque chose, mais quoi ? » n’a jamais servi à autre chose. Il est maintenant couvert de poussière dans le grenier d’une longère normande…

(à voir : l’internaute magazine)

Amstrad CPC

 

31 mai 2007

JC Brialy

Publié par merlinbreizh dans Humeur

Après 74 ans avec le feu au cul, j’apprends que Jean-Claude Brialy s’est enfin éteint : Paix à ses cendres.

(Que Dieu me pardonne de son bon mot « fumeux » !)

31 mai 2007

Ce matin, un lapin a tué un chasseur

Publié par merlinbreizh dans Humeur

Le vieux monsieur est entré dans la pharmacie, une casquette vissée sur sa grosse tête. Petit pas rapides, mouvements d’épaules nerveux. Il tenait dans son gros poing serré un sac Monoprix avec des légumes dedans. Il s’est avancé jusqu’à la caisse. Il a dit (en fusillant mon chien avec son regard pointu) :

- Un chien dans une pharmacie ! Hein ! C’est pas la place d’un chien !

Il aurait pu en rester là, il en a remis une couche. J’ai pensé :
“Ta place à toi, c’est au cimetière.” Je n’ai rien dit ; j’ai regretté.Je l’ai revu un peu plus tard qui rentrait chez lui. Il a jeté un regard noir au chien, il a toussé. J’ai dit :
- Ecoute-moi bien vieux chenoque : tu sens le sapin ! Tu entends ? Tu sens le sapin !

C’était dit. Je ne regrette pas.

31 mai 2007

Ah’tchoum, pipi, et gros popo

Publié par merlinbreizh dans Humeur

En me levant ce matin, j’ai été amené à me faire la remarque suivante : lorsqu’on éternue en pissant, le risque de se retrouver à chier debout n’est pas négligeable.

toilettes

30 mai 2007

Les législatives de mon kartier

Publié par merlinbreizh dans Politique

Il y a des candidats aux affiches tagés sur les panneaux officiels : cliquez sur « ANIMATION » ci dessous.

Candidat d’extrême gauche “avec des cornes” - feutre sur affiche (auteur non identifié)

ANIMATION

30 mai 2007

Encarté au MoDem

Publié par merlinbreizh dans Politique

Pour la première fois de ma singulière existence, me voilà me voici : « encarté »

Au MoDem de M. François Bayrou. Si. Depuis exactement 14h22, je suis officiellement (cotisation réglée par CB) membre de ce groupuscule révolutionnaire. Je me crois revenu au temps béni des Bérus, Garçons bouchers… El commandante Bayrou !

François Bayrou, candidat à l élection présidentielle 2007

29 mai 2007

Les gens et le service minimum

Publié par merlinbreizh dans Humeur, Politique

“Les gens” sont très importants.
“Les gens” est un concept politique ultra novateur. Pour nos hommes politiques modernes (dedans le concept “les hommes politiques modernes” je mets aussi le concept “les femmes politiques” qui est le même concept, mais légèrement maquillé), le concept “les gens” est le prisme par lequel toute problématique se doit d’être analysée sous peine d’être cataloguée “vieille politique”.

Il faut parler “aux gens”. Aux vrais gens.
Il faut leur parler de leurs problèmes de vrais gens, c’est à dire avec des mots très simples de gens simples. Car pour les hommes politiques, les gens sont toujours simples. Alors il convient de leur parler simplement de leurs vrais problèmes simples de vrais gens simples. C’est cela, disent les hommes politiques de rupture post-moderne, que les gens réclament à travers tous les sondages d’opinions.

Avant.
Avant, au temps des hommes politiques anciens, ceux d’avant la rupture, on parlait le langage de la haute administration française. Cela signifiait que les hommes politiques ne s’intéressaient pas aux problèmes des gens, qu’ils appelaient d’ailleurs “chers CONcitoyens”, ce qui est presque insultant.

Du coup, “les gens” se détournaient de la politique qui ne s’adressait pas à eux. “Les gens” détestaient les hommes politiques qui ont commencé à flipper de se faire piquer leur place par un cyclope breton qui, lui, savaient parler aux gens.

Voilà pourquoi les hommes politiques parlent aujourd’hui aux gens comme le cyclope breton.

Mais si le concept “les hommes politiques moderne” ou de rupture, comme le cyclope breton, consent à parler aux gens de vrais problèmes de gens, c’est pour mieux les accuser d’être responsables de leurs problèmes. Ainsi, les hommes politiques, qui ne sont jamais responsables de rien, peuvent garder leur place dans leur métier très concurrenciel. Et “les gens” sont bien embêtés et confus d’être si toquards.

grêve des métros à Paris


Exemple.
“Les gens” ont le droit d’aller travailler. Il ne faut pas empêcher “les gens” qui ont besoin de gagner leur vie de se rendre à leur travail. “Les gens” réclament le service minimum. Le service minimum est en effet un problème réel de la vie quotidienne. Oui, mais quand ? Tous les jours, ou bien seulement les jours de grève ?
Ce ne sont pas les hommes politiques qui accusent. Non, les “gens” sont systématiquement invités à se diviser pour arriver à ce pénible résultat :

“Les gens” sont coupables de ce qui leur arrive :
Ainsi les problèmes de transports, c’est la faute des fainéants de grévistes, qui sont eux-même des gens comme les autres (quid des incidents, des pannes, des retards qui sont la première cause d’insatisfaction des voyageurs ?) Circulez, bon gens, il n’y a rien à voir !

Et ainsi de suite.

Le cancer voit le nombre de personnes atteintes exploser : putain, mais “les gens” devraient arrêter de fumer, de boire, de prendre le soleil ! (quid des produits de synthèse contenus dans les produits alimentaires ? des produits cancérigènes contenus dans le bitume des routes et qui s’infiltrent dans le sol, quid des shampoings, des déodorants, de l’aspartamme ? Hein ?!)

Le chômage : c’est de la faute de chômeurs qui sont “des gens” pas suffisamment mobilisés, c’est bien connu (quid de la réalité sociale ?)

La-dessus aussi, on a le droit au service minimum…

29 mai 2007

Ben ! K’est-ce tu fais ?

Publié par merlinbreizh dans Enfants, Humeur

- Ben j’prends mon goûter !

- Bah oui, évidemment…


In the Miky

29 mai 2007

Le peStacle à vapeur

Publié par merlinbreizh dans Enfants

Le spectacle de fin d’année de la roulotte à vapeur (école danse pour les petites et pour les grandes) a eu lieu samedi 27 mai 2007 et dimanche 28 mai 2007 au théâtre de Ménilmontant, Paris 11e.

Ouf, c’est fini.

C’est très joli les spectacles de danse : mais ça m’endort

le pes’tacle

petite danseuse impliquée

28 mai 2007

La terre est pauvre à cause du blé

Publié par merlinbreizh dans Ecologie, Santé, Terre

Ce petit film d’un ex chercheur dissident de l’INRA s’exprimant sur l’appauvrissement biologique des terres cultivées me parait intéressant. Si quelqu’un passant par ici à un avis divergeant, je l’invite à laisser un commentaire.

Image de prévisualisation YouTube
12345

zhaby2toi.unblog.fr |
Le petit monde de Puce |
virtualgraphia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Watit'.lamine
| Jean-Luc Boucabeille
| Combattre encore et toujours