>Le Grenier

19 juin 2007

Mon cerveau : un gens foutre, croyez-moi !

Publié par merlinbreizh dans Humeur

Oui, je le confesse, ce blog n’est pas l’expression d’une envie personnelle. C’est une idée lumineuse trouvée par mon satané cerveau pour se divertir au lieu de se mettre au boulot.

C’est lui ou moi !
Depuis toujours, ce cerveau là ne m’a jamais vraiment obéi. Tiens, il me fait remarquer, là tout de suite, que Toujours et Jamais, ça ne va pas ensemble. Voyez le méprisable esprit qui est le sien : il se moque ! Veut me faire tomber, ce fumier là. Et têtu en plus. Il a Jamais marché, il fonctionne au jus de chaussettes ! “Ca te va Cerveau de mes 2 ?” Il a Toujours été contre moi. M’a fait redoublé mon CE1 en plus. Si.

Jus de pommes.
A cause de sa mauvaise volonté, cet alcoolique, car, oui, messieurs dames ce cerveau d’arrière cour à un problème avec l’alcool de pomme. Il refuse de voir la vérité en face. Il préfère m’obliger à écrire sur un blog et ruiner ainsi ma carrière !

A cause de lui, qui va devoir rendre un mémoire indigent pour l’obtention d’un diplôme en réflexologie avant le 15 août ? Lui ou moi ? Qui va se trouver en situation inconfortable devant les correcteurs ? Lui ou moi ? Qui va encore passer pour un con ? Lui ou moi ? Qui c’est le chef, d’abord ? Lui ou moi ?

LUI !

Cerveau comédien dans un Movie

Quoi faire ?
Quoi faire ?
Il est drôle, ça je dois lui reconnaître cette qualité. Il me dit “coiffeur ?” sous mon crâne, en se marrant. Qu’il est con.

C’est pas le tout : concentration…
Voyez comme il est, toujours à se disperser, l’esprit en l’air. Je reprends, donc, Mon idée : sachant que mon cerveau prend ses quartiers d’été en Bretagne début août, comme chaque année, il me reste, à moi, moins d’un mois 1/2 pour le forcer à bosser un peu. Après c’est mort, il va m’obliger à mater les petites meufs qui grillent sur la plage (ce que je déteste faire) et c’est moi qui me ferait engueuler par ma concubine, ma chère et tendre et douce en plus.

Juré ! Craché ! Demain, je m’y mets !
Pour commencer voici la première page du dit mémoire en question. Parce que j’ai commencé quand même… il y a 5 mois ! Et j’en suis à la troisième page ! Tiens, pour LUI remettre les idées en place, je crois que je vais m’autoriser à me gifler !

Capture d’écran

18 juin 2007

Son camembert

Publié par merlinbreizh dans Enfants

- Papa ! J’peux R’avoir un Camembert ?

Caramba-Camembert

Ah ! Bah Non… Mauvais pour tes petites dents : le Ca-ram-bar !

18 juin 2007

Son stylo plume

Publié par merlinbreizh dans Enfants

- Papa ! Tu me donnes mon stylo plume ?

- Mais tu n’en as pas, ma chérie !

- Mais si !

- Mais non !

- Mais si !

- Mais non ! Tu es trop petite…

- Mais si ! Euuuuuh !

Son stylo-plume

- Ahhh ! Bah oui !

18 juin 2007

Mémoires d’un paysan Bas-Breton

Publié par merlinbreizh dans Société, Terre

Il semble que mon petit post sur les bretons a été mal perçu par certains. Je m’en excuse. Je n’avais aucune volonté de blesser qui que ce soit, à par moi-même peut-être. J’aime beaucoup ce pays et ses habitants (et tantes), que ce soit clair.
Les clés du paradis
Pour me faire pardonner je propose à ceux que cela intéresse de se procurer un très joli, livre, le plus beau qui soit, à mon humble avis, écrit sur la Bretagne : Mémoires d’un paysan Bas-Breton, de Jean-Marie Déguignet.

Né en 1834, mendiant à 6 ans, issu d’une famille ou on ne savait ni lire et écrire, ni parler le français, il a traverse son siècle comme une épée qui frappe l’eau, comme un petit dom quichotte échoué à Quimper !

“Déguignet apporte une vision décapante de la Bretagne du siècle dernier, mais aussi de l’armée impériale à travers les différentes campagnes de guerre. Son journal, un vrai roman d’aventures, est celui d’un écorché vif mais pas d’un aigri. On ne s’y ennuie jamais. De plus sa vision critique des choses remet en cause beaucoup d’idées reçues. On le lit avec délectation quand il raconte comment le candidat républicain fut élu face au candidat clérical, malgré les manoeuvres de ce dernier qui avait offert à boire et à manger, à volonté, à tous les électeurs de la commune. On le suit avec passion quand il analyse la situation des prolétaires bretons, ou les conditions de l’enseignement « il n’y a aucun livre répondant aux exigences et aux aspirations modernes des écoliers, attendu que ces écoliers demandent qu’il n’y ait plus d’écoles du tout, sinon les écoles où l’on enseignerait les meilleurs moyens de jouir de la vie en ne faisant rien que boire, manger, fumer, chanter, danser, flirter et extravaguer dans l’ignorance, les orgies et la boue ; du sang il ne faut plus en parler, car il n’y en a plus dans les veines de la génération actuelle » écrit-il en 1900. Décidément, en 100 ans les choses n’ont pas changé “

Cet extrait de commentaire du livre de Déguignet a été emprunté ICI. N’ayant pas trouvé le moyen de contacter son auteur, je me permets de le citer sans son autorisation.

17 juin 2007

Dans un bateau

Publié par merlinbreizh dans Politique

- Les “ils ont pas gagné” et les “ils ont pas perdu” sont dans un bateau. Les “ils ont pas perdu” tombent à l’eau qu’est ce qui reste ?

- Euuuh ! Les… “Ils ont pas gagné” !

- Si. Ils ont gagné !

- Qui ?

- Les “Ils ont pas gagné”

- Tu commences à faire chier avec tes charades !

- “Ils ont pas perdu” ont perdu, “ils ont pas gagné” ont gagné ! C’est pourtant evident !

- Ben, non ! Tu m’excuseras !

- Tu comprendras jamais rien à la politique, Thérèse !

L’UMP n’a pas gagné les législatives, puisqu’ils n’ont pas la majorité des 3/5 qui leur permettrait, par exemple, de faire passer en force le projet de mini traité européen en modifiant la constitution.

Le PS n’a pas perdu, puisqu’ils ont plus de sièges qu’en 2002 !

« Mais alors… Qui a perdu ? » (s’interroge mon fidèle compagnon de bavardage au doux regard de velours…)

17 juin 2007

Je m’écoule

Publié par merlinbreizh dans Humeur, Littérature, Textes

17h24 et 52″
Souvent on dit : “Que le temps passe vite !” Et même : “Le temps s’écoule trop vite !”

17h25 et 07″
Pourtant, le temps, à notre échelle d’homme, est une donnée immuable. C’est en tout cas ainsi que l’homme le ressent, qu’il le vit. C’est d’ailleurs la seule raison qui explique l’acharnement des humains à détruire leur environnement jusqu’à hypothéquer leur propre survie. Mais ceci est une autre histoire…

17h26 et 48″
Revenons à ce bon vieux temps qui passe.

17h27 et 10″
Il passe.

17h27 et 19″

Cependant demain sera comme hier, puis viendra après demain et le jour d’après, et un autre jour encore.

17h27 et 54″

Il y a toujours un demain. A l’égal du précédent. C’est donc bien nous qui passons.

17h28 et 22″
Pas le temps.

17h28 et 29″
Oui, nous nous écoulons. Comme le sable dans son sablier.

17h29 et 00″
Finalement, l’Homme est un Sage ; continuons à parler du temps qu’il fait et du temps qui passe, c’est beaucoup plus rassurant…

 

L’avenir appartient au Printemps

façade du magasin Le Printemps – Nation, Paris – 20ème

16 juin 2007

« Réunion publique au Gymnase Victor Hugo, un mort ! »

Publié par merlinbreizh dans Humeur, Politique, Société

La direction de l’établissement offre à son aimable clientèle un lien gratuit pour visionner un petit extrait du One Woman Show d’une jeune comique Val d’Oisienne, Sylvie Noachovitch, avocate de profession. “Réunion publique au Gymnase Victor Hugo”, tel est le titre du spectacle qu’elle a joué à Garges-lès-Gonesses devant un parterre de vieux et un alcoolique (qui doit bien regretter d’être venu).

Sylvie Noachovitch

Ce spectacle comique raille le clientélisme le plus sordide. Avec beaucoup de réalisme, une émotion à fleur de peau, l’avocate nous dresse le portrait affligeant de la vieille politique à Papy, du temps ou il faisait de la résistance, quand on flattait encore l’électeur dans le sens du poil, quand il suffisait de dire pour être élu : “Vote pour moi parce que je te connais !” En regardant l’électeur toujours du haut de l’estrade comme s’il était un enfant non éduqué, une sorte d’enfant sauvage qu’il fallait simplement savoir rassurer. Il est question d’aimer, d’aider, de sauver son prochain, mais de politique, du déficit, de la SéCu, de solutions politiques aux problèmes de logement, d’emploi, de sécurité, il n’est jamais question. C’est bien simple, si ça n’était pas pour rire, on y croirait presque, et ça ficherait la trouille !

The show must go on

Fort heureusement, cette politique là est morte. Enterrée. Pour de bon. Ce n’est qu’un spectacle. Nous sommes entrée dans une nouvelle erre : celle du réchauffement climatique. Ca n’a rien à voir avec le sujet ? Vous avez raison, et alors ? On est proZélyte, ou on l’est pas !
VIDEO DU SPECTACLE

(il est d’usage d’utiliser P.S. pour Post Scriptum, mais là, ça collait pas)

U.M.P. : candidate aux élections législatives 2007 dans la 8ième circonscription du Val d’Oise. Sylvie Noachovitch présente son programme. Quoique le mot paraîsse inapproprié. Ca ressemblerait plutôt à un copier-coller de plaidoyer de correctionnel pour tapage nocturne, tel qu’elle en faisait auprès du sémillant Julien Courbet, dans l’émission télévisuelle “Sans Aucun Doute”, sur TF1.

16 juin 2007

Ai-je le cancer du cerveau ?

Publié par merlinbreizh dans Santé, Terre

Depuis un certain temps déjà, on sait que l’usage des pesticides augmente le risque de développer la maladie de Parkinson.

Une étude récente publiée par des chercheurs de l’université de Bordeaux vient de démontrer que l’utilisation régulière de pesticides augmente de manière significative le risque de développer un cancer du cerveau. Madame (et Monsieur aussi), si vous utilisez du Roundup ou tout autre pesticide sur vos plantes d’intérieur, ce risque peut atteindre + 200% !

A noter qu’une personne qui n’en a jamais utilisé, voit le risque passer à – 29% par rapport à une personne exposée “normalement” à ces composés chimiques.

“Maman ? Si tu pouvais virer tous les pots de confitures de l’appentis au fond du jardin, celui avec le toit en ferrociment (amiante) et où tu entreposes ta sulfateuse (estampillée Rhone-Poulenc), tous tes petits bidons verts (Algoflash ?), tes paquets divers et variés (Roundup, fertilisant), tous ces Antis aux noms de barbares scandinaves :anti-fourmis, anti-moustiques, anti-tout ce qui est vivant dans ton jardin, autre que toi (quoique ?), ce serait bien gentil. D’avance, merci”

P.S. : On vient le week-end prochain, comme convenu au téléphone.

15 juin 2007

Je suis un con

Publié par merlinbreizh dans Humeur, Terre

C’est vrai. Le breton est con et prétentieux (souvent) ; et le bigouden est pire (parfois), principalement quand il est sur ses terres. Il fait comme il veut (toujours), il est chez lui (en même temps). Il peut pas pifrer les étrangers à son coin, qu’ont qu’à fermer leur gueule ou dégager.

En même temps, il vote à gauche et le premier maire noir est un élu breton.

Sont fous ces gaulois !

15 juin 2007

Les hommes seront toujours des enfants

Publié par merlinbreizh dans Enfants, Homme, Humeur, Littérature, Textes

C’est une vérité inhérente au genre humain ; apparemment.

Sinon, comment expliquer ce regard très particulier, vaguement hautain et attendri en même temps, vaguement consterné aussi, que posent toutes les petites filles du monde sur leur grand con de papa, et ce dès leur plus jeune âge ?

Qu’un papa tchétchène ou qu’un papa américain s’explose le doigt avec son gros marteau, qu’il laisse exprimer sa douce fibre poétique : “Pute borgne de fils de chèvre sans mère !” Son fils plissera les yeux de douleur, compatissant avec lui. Et sa petite fille, immanquablement, portera sur son père un regard attendri qui dit, “Mon Dieu qu’il est con !”, qui dit aussi qu’elle est une femme, déjà, inscrite dans la longue marche du temps. Avec son rôle à jouer, qu’elle connaît déjà sans avoir à l’apprendre. C’est par elle que l’espèce humaine se perpétue. Depuis toujours, elle porte et fabrique les petits d’hommes, elle les protège. Ca donne un certain sens des responsabilités, ça donne aussi une petite tendance au “melon”.

En même temps, on a besoin d’elles pour faire la vaisselle.

123456

zhaby2toi.unblog.fr |
Le petit monde de Puce |
virtualgraphia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Watit'.lamine
| Jean-Luc Boucabeille
| Combattre encore et toujours