>Le Grenier

  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2007
19 juillet 2007

Les allemands de Boulevards

Publié par merlinbreizh dans Humeur, Santé, Société, Sport

Installez-vous confortablement… (Big Applause !)
Voici nos amis allemands qui se convertissent aux portes qui claquent, aux haussements de tons, au Docteur dans le placard et autres saillies théâtrales : c’est nouveau !

Fini.
Les médias allemands interrompent les retransmissions du Tour. Fini. Un coureur de la Telekom s’est fait pécho à un contrôle inoppiné réalisé en juin, chez eux. Cette fois c’en est trop. Pied à terre, caméras en bernes, tournées vers le ruban de bitume. Ils avaient prévenu, « Si un coureur allemand est impliqué dans une affaire lié au dopage sur le Tour, nous autres on plie les gaules, les perches de prise de son, les caméras, dans le camping-car et retour Nach Berlin ! »

Voilà, ils sont partis…
Nos cousins germains ne supportent plus l’idée de voir un de leurs compatriotes rouler aux hormones pour poulets, par contre s’enthousiasmer pour les exploits routiers d’un espagnol, d’un autralien, sud-africain ou autre danois qui roule au désherbant ne les perturbe pas plus que ça !

« Ce n’est qu’un au revoir, mes frères ! »
Hypocrite ou menteurs. Ou bien les deux. Car ils savent. Ils savent, comme tout le monde sait. L’athlétisme, la natation, le judo, l’aviron, le ski, tous les sports médiatisés sont à la même enseigne pharmaceutique. Lorsque de votre « forme » dépendent des contrats publicitaires qui se chiffrent parfois en millions de dollars, que ne feriez-vous pas pour les conserver ? Personnellement, je me doperais. Et je n’hésiterais pas à doper Thérèse si ce clébard était capable de gagner une course de traineau ! Ils ne se rendront donc pas à Pékin, les allemands ? Ils vont déserter les sautoirs, les patinoires, les terrains de tennis, les rampes de Bobsleigh ? Ils vont se mettre aux retransmissions de concours de Patchworks ?

Evidemment non. Ils seront là, à jouer les naifs de comptoirs. C’est qu’aux J.O., contrairement au Tour de Chez Nous, ils peuvent encore faire croire, se faire croire, qu’ils y croient dur comme fer, à la belle incertitude du sport. Tout cela n’est qu’un jeu de dupe, un jeu d’apparences ou des « prostituées » en short tentent de faire croire à leur virginité pendant que les clients s’amusent à leur parler d’Amour !

Les Grands Cols du Tour 07

19 juillet 2007

Le buraliste ? Vous ici ?

Publié par merlinbreizh dans Humeur

Ca alors, ce bon vieux Staline en personne !
Très cher buraliste, que me vaut cette visite dans mon établissement ? C’est t’y donc fermé chez Boronali en juillet ? Ah ! Vous avez appris que Thérèse avait été sexuellement agressée par un labrador obèse. Non cher Staline, ce n’est pas un Teletubbies qui a fait le coup, un Labrador je vous dis, je l’ai vu comme je vous vois. Non, ne vous mettez pas en devoir d’envahir le Labrador. Thérèse n’était pas si mécontente que ça, après tout. Comme dit le diction, elle l’a bien cherchée avec sa fraise Tagada qui clignote…

Ca me fait bien plaisir de vous voir prendre le soleil sur ma terrasse…

Staline

18 juillet 2007

In God, je crois !

Publié par merlinbreizh dans Humeur, Playlist

Résurrection !
Il est revenu à la vie. Un miracle. La résurrection. Mon Archos, mon Gmini 220, mes 20 Go de musique, il marche de nouveau, un après qu’il ai rendu l’âme, et moi, moi je marche sur l’eau, je flotte… Comme quoi j’avais bien raison de l’allumer de temps en temps, histoire de voir si des fois…

Mon Archos

Les miracles, ça existe.
A partir d’aujourd’hui, je re-crois en Dieu. Aujourd’hui, j’ai 6 ans ! (puisque tout est possible)

17 juillet 2007

Breizh

Publié par merlinbreizh dans Humeur

La Bretagne me manque.
Paris affiche sa torpeur estivale. Les gros cons sont partis, les Vélib sont arrivés. Les touristes aussi. Je vous aime les touristes. Même si, jamais, je ne réponds à vos regards inquiets :  » La tour Eiffel, C où ? Et la rue Truc, comment on y va ? » Démerde-toi touriste. Le parisien est ainsi, qui t’emmerde et te laisse à tes menus plaisirs de touristes. C’est un gens foutre, le Parisien, sache-le. Amuse-toi, perds-toi. Tu es libre ici de faire ce que tu veux…

Plan »> />Plan » height= »198″ width= »254″ /></a><br />
<i><font color=Plan du métro de 1980. Du Pur Vintage. Si.

Le 7 août je m’en vais vers le 22 !
Les côtes d’Armor me tendent les bras. Tréguier, ça fait quinze ans qu’on ne s’est vu. Le sud (du Finistère) me retenait, aujourd’hui me voici, prêt pour le grand départ. Définitif ? Roscoff, tiens toi prêt.

17 juillet 2007

Paris By Night

Publié par merlinbreizh dans Humeur

Lundi 16 juillet.
Je suis à Paris. Arrivée gare Montparnasse à 23h14 : « Tout le monde descend ! »

TGV.....................
Pas moi. Pas aussi vite. J’ai pris un malin plaisir à attendre qu’il n’y ai plus un quidam dans le wagon, profiter un instant du silence, contempler les sièges vides, repenser au voyage et aux voyageurs déjà disparus. Puis, dans un soupir fatigué, daigner bouger de ma place (place 44, voiture 15). Je suis supersticieux ? Oui, et alors ? J’aime me souvenir de détails et de sensations absurdes, ils me rappellent que je suis vivant, que ce jour là et à cette heure là, j’étais à un endroit précis, vivant, sur cette planète perdue dans le noir. C’est idiot ? Oui, sûrement.

Sinus.
Je suis à Paris et ma sinusite reprend ses droits, à peine suis-je arrivé dans ma rue ! Acariens, poussières, pollution, here I am ! Mes enfants, ma concubine, mon chien, ils sont tous restés à Anglet, dans la grande maison des jours heureux. La comédienne à émotions, le scénariste de la lose, la directrice de production timide, la serveuse de restaurant en rupture de ban, la petite chienne en chaleur, le petit chat perdu, ils sont tous à la plage, secoués par les vagues de l’Atlantique.

Et moi, ben je suis là, qui pense à vous et vous porte.

P.S : Mademoiselle C., il me semble (en serais-je sur ?) que ta lèvre gonflée, ta (pseudo ?) rage de dents sont venues te parler de ton départ, d’agressivité rentrée et de rage (de rancune peut-être). Le hasard n’existe pas. Les troubles physiologiques viennent nous parler de nous, de nos peurs et de nos craintes, de nos attentes. Ecoute-toi et le ciel t’aidera (peut-être).

Au gros Labrador balourd qui rêve de niquer ma Thérèse, je te le dis : tu rêves !

Louison, mon coeur bat à l’unisson ; Luna, mon doux miroir en colère ; Bettina, ma meilleure moitié, je vous attend.

La grande maison

12 juillet 2007

Anglet

Publié par merlinbreizh dans Humeur

Je pars quelques jours à la mer, histoire de voir un peu ma concubine et nos enfants. J’espère en profiter pour améliorer mon Anglet. J’ai emmené mon ordi et toute ma documentation pour bosser. Vais-je céder à la tentation de la plage ?

Retour à Paris, Lundi 23h30.
Carte Postale d'Anglet

11 juillet 2007

Le précipice

Publié par merlinbreizh dans Humeur

Syndrome d’échec.
Il est quand même dommage d’aimer à se retrouver ainsi au bord du précipice. Je n’ai plus que trois semaines pour écrire une synthèse clinique dont les formateurs nous ont dit : « si vous ne vous y mettez pas au plus tard en janvier, ça va être difficile ! »

J’ai commencé à écrire cette fichue synthèse le 7 juillet : « Ben, quoi ? Tu veux ma photo, connard ? »

J’ai toujours agi comme ça, et ça m’a pas souvent réussi. Syndrome d’échec quand tu me tiens… Quel curieux plaisir d’attendre le moment où il est déjà trop tard pour s’y coller. Je sais désormais que si je parviens à rendre quelque chose, ce quelque chose sera mauvais, passable, négligé, mal habile. Je connais ces mentions, elles ont accompagné mes bulletins scolaires jusqu’au baccalauréat. (où j’ai évidemment échoué lamentablement ; picaresquement, pour être tout à fait exact)

Ma gueule après 16 heurtes de boulot intensif, et deux bouteilles de cidres...

10 juillet 2007

Ah ! Ah ! Ah ! Je ris…

Publié par merlinbreizh dans Réflexologie, Santé

J’ai enfin commencé ma synthèse clinique en réflexologie.
(oui, vous pouvez le dire, le terme est pompeux)

Je dois l’avoir terminée, imprimée, reliée et adressée au jury avant le 15 Août.
Autant dire que l’affaire n’est pas gagnée. Presque perdue, même ! Je dois relater mon travail sur quatre type de troubles (ostéo-articulaire, endocrinien ou nerveux, digestif, circulatoire), et sur quatre à cinq séances par cas. Evidemment mes protocoles doivent être justifiés.

Ca promet d’être Nagasaki dans ma tête pendant quelques semaines. Je serais donc peu disponible (en même temps, je pense qu’écrire quelques minutes de temps en temps ici me détendront…)

Nagasaki

9 juillet 2007

Publicité sur le lieu de vente

Publié par merlinbreizh dans Humeur

 

panneau lumineux

 

8 juillet 2007

Le Tour de qui ?

Publié par merlinbreizh dans Humeur, Sport

La grande boucle est repartie.
Et avec elle, nous autres, les suiveurs.

Oui, j’adore le vélo. Oui, les cyclistes sont mes Dieux. Parfois, les noms de valeureux anciens resurgissent en danseuse, au détour d’une circonvolution de mon cerveau. Jean-Pierre Danguillaume, Jean-René Bernaudot, Gilbert Duclos-lassal, Adri Van Der Poel, tous ces bons coureurs qui faisaient le quotidien du Tour de France, ces « petites légendes » d’étape, où êtes-vous ? Etiez-vous aussi chimiquement modifiés que vos rejetons ? Oui, biensur. Pourtant je ne parviens plus à suivre vos descendants avec le même enthousiasme.

V-los

C’est quoi ? Une dépression ?
Je ne me reconnais plus. Je suis triste. Ils sont partis de Londres, et j’ai même pas regardé la télé. Evidemment, quand les Alpes et les Pyrénées apparaîtront dans le paysage, je ne pourrais pas m’empêcher de jeter un oeil aux étapes, histoire de voir, une fois encore, qui seront les meilleurs chimistes de l’année à pouvoir monter les montagnes à la vitesse de mobylettes trafiquées. Mais je les regarderais faire en grimaçant, suspicieux. Je suis, à mon corps défendant, rattrapé (englouti) par la vague de rejet à leur endroit. Et les regarder se démener en grimaçant comme s’il s’agissait de repris de justice, et bien ça m’ennuie. Les cyclistes, même dopés, sont d’immenses personnages, des héros, des types fait d’un métal inconnu. Il faut les avoir vu avaler leurs kilomètres au petit-déjeuner pour mesurer à quel point ces types sont courageux.

Les Dieux du stade.
Ils sont dopés. Oui. Comme Zidane l’était, comme Nasri ou Thierry Henry aujourd’hui. Pas plus, pas moins. Comme Mauresmo ou Gasquet. Comme Tony Parker. Comment croyez-vous qu’ils font tous pour résister aux rythmes imposés par les fédérations sportives et les média ?

Quelque chose me turlupine…
Pourquoi les cyclistes sont-ils toujours montrés du doigt ? Que croyez-vous que l’on trouverait dans la chambre de Laure Manaudou ? Des Schamalows ? Comment les médias peuvent-ils à ce point faire mine d’ignorer que les si jolies victoires de la française sentent la poudre (de Perlimpinpin…) ? Et pourquoi, toujours, les policemen ne pénètrent jamais que dans les hôtels Formule 1 à cyclistes, et jamais dans les palace à tennismen ? Hein, pourquoi d’abord ?

Pour info, c’est Robbie Mc Ewen, l’Australien de 35 ans, qui l’a emporté au sprint à Canterbury avec une « étonnante facilité ! »

 

12345

zhaby2toi.unblog.fr |
Le petit monde de Puce |
virtualgraphia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Watit'.lamine
| Jean-Luc Boucabeille
| Combattre encore et toujours