>Le Grenier

30 août 2007

L’eau aux betabloquants !

Publié par merlinbreizh dans Ecologie, Santé, Terre

« O »
Comment ça ? Qu’est-ce que j’apprends dans Le Quotidien du Pharmacien ?

Ben quoi ? Vous ne lisez pas le Quotidien du Pharmacien peut-être… Moi, si. Je suis insomniaque. Egrener les formules chimiques, que voulez-vous, moi ça m’endort. Mais revenons à nos moutons (un autre truc pour s’endormir…) : que nous révèle donc le Quotidien du Pharmacien de si important : « Si l’eau de votre robinet a un léger goût de bêtabloquant, de carbama-zépine ou d’Ains ? Ne vous étonnez pas ».

O du robinet

Epuration
D’après cette revue, « les stations d’épuration n’ont pas la capacité d’éliminer totalement les médicaments. Lors du traitement des eaux usées, il peut même se produire une transformation en métabolites actifs. Résultat, de nombreuses substances médicamenteuses se retrouvent dans la nature sans y avoir été invitées.

Aucun endroit de la planète n’est épargné par cette pollution
Jean-Marie Haguenoer, de l’Académie nationale de pharmacie explique : « en France, ces résidus ont été mis en évidence dans les estuaires de la Seine, de la Gironde, de la Loire, de l’Adour et dans la calanque de Cortiou ».La revue du pharmacien précise enfin que « d’après une étude, les concentrations mesurées vont, selon les composés, les stations et les saisons, de quelques nanogrammes par litre à quelques dizaines de microgrammes par litre pour les eaux de rivière ou les eaux marines».

Toxicité méconnue
Les médicaments les plus souvent retrouvés sont des antibiotiques, des anticancéreux, des Ains, des bêta-bloquants, des antidépresseurs, des antiépileptiques, des hypolipémiants et des hormones naturelles et de synthèse. Ces molécules proviennent « des effluents domestiques (produits éliminés dans les urines et les matières fécales), des rejets hospitaliers, des industries, des centres d’élevage et de pisciculture, mais aussi des médicaments périmés jetés dans les ordures ménagères».

Le Quotidien du Pharmacien note que « la toxicité de ces résidus de médicament pour l’homme est encore méconnue ».Le médicament est partout présent, y compris dans la viande que nous achetons. Ces substances chimiques ont un intérêt majeur pour notre santé quand celle-ci est en péril, mais seulement dans ce cas. C’est d’ailleurs en les utilisants le moins souvent possible que nous y sommes le plus réactif.

Le Quotidien du Pharmacien numéro 2466

2 Réponses à “L’eau aux betabloquants !”

  1. Elodie dit :

    Moi qui mange bio et suis végétarienne…va falloir que j’arrête de boire de l’eau…
    Bon, je m’en vais rejoindre Serault et les autres. Ca a l’air plus sympa là-haut !
    (;-) je plaisante

  2. reflexvital dit :

    La viande avariée ! Je te croyais végétarienne !

Laisser un commentaire

zhaby2toi.unblog.fr |
Le petit monde de Puce |
virtualgraphia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Watit'.lamine
| Jean-Luc Boucabeille
| Combattre encore et toujours