>Le Grenier

25 septembre 2007

Poulets aux hormones de croissance

Publié par merlinbreizh dans Sport

« Et y sont où, et y sont où les journalistes ? »
(chanson populaire)
Il y a décidément quelque chose que je ne parviens pas à m’expliquer : pourquoi une telle différence de traitement (comprenez traitement médiatique et non pas médical !) entre le cyclisme et le rugby ?

Kangourou
Au début des années 90, nos amis les Wallabies (l’équipe Australienne de rugby) sont apparus méconnaissables. Comme par magie, les australiens avaient fait « évoluer » le rugby. Terminé « les gros » qui emmenaient benoîtement le paquet d’avants au charbon, terminé les carrures construites à la bière. En quelques mois, ces mecs étaient devenus des Iron men en béton armé avec des bras hyper musclés façon taureaux de concours, ils n’étaient plus jamais fatigués, les avants couraient comme des trois-quarts, les arrières plaquaient comme des deuxièmes lignes.

C’est que personne avant eux n’avait pensé à faire de la musculation !

- Non ?

- Si…

- Ce que ça peut être con un rugbyman !

- Oh la ! Je te laisse l’entière responsabilité de tes paroles saugrenues, l’ami.

Vingt ans plus tard, toutes les équipes sont au diapason. Mais l’avantage va toujours aux Australiens et Néo-Zélandais, car chez eux semble-t-il, on a beaucoup moins de scrupules que dans nos contrées. Et on charge toujours plus la bête !

Vive le rugby. Vos gueules les cyclistes !
Mais que dit la presse de cette mascarade ? Rien. Si ce n’est que la Nouvelle-Zélande et l’Australie sont favoris, que leur jeu est absolument magiques. Est-ce parce que Monsieur Laporte s’apprête à rentrer au gouvernement ? Evidemment non, mais alors pourquoi ? Pourquoi un tel silence ?

Peut-être la peur de se faire rentrer dedans à la sortie des vestiaires.

- Ah, bah oui… Ca doit être ça !

Les wallabies (Equipe australienne de rugby)

Laisser un commentaire

zhaby2toi.unblog.fr |
Le petit monde de Puce |
virtualgraphia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Watit'.lamine
| Jean-Luc Boucabeille
| Combattre encore et toujours