>Le Grenier

16 octobre 2007

Histoire de lard

Publié par merlinbreizh dans Moi

1985 (à peu près ou presque)
Vu d’ici et maintenant, c’était le bon vieux temps. Pourtant je n’aimerais pas du tout y retourner : quel mauvais sort ce serait.

Une vieille interrogation écrite en Histoire de l’Art, j’avais 21 ans, j’étais dans une école de graphisme (l’efet, paris 12e), j’étais en plein marasme. Mon existence ne ressemblait à rien, si ce n’est une longue cuite qui forcément allait mal finir…

Cours d'Histoire de l'Art (1985)

2 Réponses à “Histoire de lard”

  1. piotrevski dit :

    l’écriture de la prof est plus enfantine que celle de l’élève. Sa façon de dire la morale dit tout sur son petit cul tout serré. La faute à l’esse est cocasse, comme une façon de dire qu’elle a raison, la prof, de tancer l’élève.

  2. reflexvital dit :

    Je l’aimais bien cette prof, elle était assez jeune, mais elle avait un physique de cantatrice Alsacienne, Trop grande, trop blonde, cheveux tirés en arrière, de grands yeux qui flambaient dans ce visage large et impassible.
    Mais je devinais un sacré tempérament, et je pense que je n’étais pas le seul à m’être masturbé plus d’une fois en m’imaginant la serrer dans le labo photo de l’école ! Evidemment son cul large et sa grande taille, son long nez, ses grandes lèvres charnues et peintes en rouge vif l’éloignait trop loin des canons de la beauté qu’est capable d’accepter un jeune type de 20 balais. Si bien qu’aucun garçon n’a osé revendiquer la moindre attirance pour cette jeune femme…

    Donc, la prof en question était une bonne prof en faite (au propre et au figuré)

Laisser un commentaire

zhaby2toi.unblog.fr |
Le petit monde de Puce |
virtualgraphia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Watit'.lamine
| Jean-Luc Boucabeille
| Combattre encore et toujours