>Le Grenier

19 octobre 2007

Vico

Publié par merlinbreizh dans Internet, Société

Vico, pédophile canadien

Petit portrait immoral

Welcome to Bangkok, sir !
Regardez-le bien. Il est là. Regardez-le qui nous fixe, avec son physique de prof d’anglais lambda, à l’aéroport de Bangkok. Je suis convaincu que je ne suis pas le seul à m’être accroché à ce regard, à chercher la lueur particulière du monstre en lui. Mais non : rien.

« Il », Vico, ce salopard intégral, est désespérement pareil à nous-même. Un être humain, comme nous. Il aurait été tellement plus facile de rencontrer une tête de sadique, avec un sourire écoeurant, un regard de fou hirsute et violent.

La mécanique des catastrophes
Je le regarde, et finalement, c’est la peur, la peur terrifiante d’être pris, cerné, pourchassé, comme un animal, qui l’emporte. J’imagine ses derniers jours passés, la gorge serrée, la nausée, les mains qui tremblent, cette envie de tout arrêter pour recommencer ; et presque j’en arriverais à le plaindre. Pourquoi n’a-t-il pas de longues dents et une cape noire ? Ce serait tellement plus facile pour nous.

Comment peut-on faire endurer pareille expérience à de jeunes enfants, comment peut-on prendre plaisir à se regarder faire, et à en diffuser les sordides images à travers le monde ? Inutile d’être un grand devin pour savoir qu’on trouvera dans son histoire des éléments d’explications : une enfance terrible, un noyau familiale fait d’humiliations et de manipulations mentales, d’abus sexuels peut-être. Ce type est un malade, une personne qui souffre (elle aussi). Cela n’excuse rien, cela cherche à en expliquer le mécanisme. Je sais que je vais choquer en disant cela. Mais que va apporter la prison à la société ? Que va-t-elle changer à la souffrance de ces enfants si rien d’autre n’est entrepris ? La pédophilie est la résultante d’un trouble mental, d’une histoire particulière.

Victime
Je suis convaincu que, du fond de son cachot Thaïlandais, Vico se vit comme une victime : du sort, de la vie, des enfants qui l’exitaient tant, de la police, de lui-même. Et c’est cela qui est insupportable. Ce qui m’est insupportable, c’est que la société accepte de se contenter de mettre en prison des pédophiles, sans faire de travail auprès d’eux pour tenter d’arrêter leurs terribles tendances. Il est si simple de les regarder comme des monstres, de les mettre en prison pour dix, quinze, vingt ans… Et puis de les relâcher pour qu’ils recommencent encore, poursuivis par leur terrible envie d’abuser des enfants innocents.

Ironie du sort
Nos amis canadiens sont des précurseurs dans le traitement des pédophiles. Là-bas la prison n’est pas un temps perdu. Un travail de fond, long, difficile, est entamé avec le prisonnier pour rompre l’engrenage. La prison est alors une chance. La seule qui reste pour les enfants victimes. Le taux de récidive en Canada est très faible.

Quelle ironie : Christopher Neil, dit « Vico », pédophile présumé, est canadien. Il a choisi de laisser libre court à ses pulsions loin de chez lui. Peine perdue, en matière de pédophilie, le Canada a fait voter une loi qui lui permet de poursuivre ses ressortissants qui sont allés faire du tourisme sexuel à l’étranger. Vive le Canada !

Allez regardez encore Vico, à la recherche du monstre.

 

P.S. : la mise en scène sordide de la police Thaïlandaise exhibant « Vico », lunettes noire sur le nez devant un parterre de policiers en tenues aidera peut-être les plus récalcitrants à continuer à croire aux monstres…

Vico arrested

Une Réponse à “Vico”

  1. sauna nimes dit :

    Bonjour.
    Un petit coucou pour vous dire que les publications sont top !
    Bonne continuation

Laisser un commentaire

zhaby2toi.unblog.fr |
Le petit monde de Puce |
virtualgraphia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Watit'.lamine
| Jean-Luc Boucabeille
| Combattre encore et toujours