>Le Grenier

9 novembre 2007

Grenelle de l’environnement

Publié par merlinbreizh dans Ecologie, Politique, Société, Terre, Vivre autrement

Pour mettre d’y voir un peu plus clairement le mur qui s’approche devant nous (cf article suivant) : un peu de lecture !

Grenelle de l'environnement sur NaturaVox

9 novembre 2007

La guerre de l’eau, le movie

Publié par merlinbreizh dans Ecologie, Société, Terre, Vivre autrement

- C’est grave docteur ?

- Elle n’en plus pour longtemps…
(musique qui fait peur)

- Combien ? Mais dites-moi docteur ! Combien de temps encore ?!

- 20, 30 ans, guère plus…

- Ah, ça va mieux… Vous m’avez fait peur…
(musique légère et aérienne)

C’est un peu comme ça que je vois les choses. Chacun s’interroge sur le réchauffement climatique, ses effets à long terme, sur la responsabilité humaine ou non dans ce phénomène, sur sa réalité même. « Et les éoliennes, c’est plus ou moins écologiques que les agro-carburants ? Et pour ou contre le Vélib’ ? »

Un avion sans aile
Mais la question n’a peut-être plus aucun intérêt, si comme certains semblent le laisser penser : il est déjà trop tard. Nous sommes (peut-être) à bord d’une voiture sans frein lancés à 250 km/h, et le mur n’est plus quà quelques mètres face à nous. On aura beau sortir tous nos bras par les fenêtres pour prendre le vent, ça ne nous arrêtera pas, et si nous nous freinons avec nos pieds, ça ne changera pas plus les choses. La réalité est peut-être bel et bien celle-ci : nous allons disparaître d’ici 2020 – 2050 au rythme ou vont les choses, et nous pouvons juste en prendre conscience, régler les affaires courantes, se mettre au clair avec sa conscience et fermer les yeux en priant : jusqu’ici tout va bien !

La nature de Nostradamus
La nature humaine n’est rien d’autre qu’un instinct animal, nous avançons vers les meilleures prairies pour y pètre et y faire grandir nos enfants dans l’environnment « économique » le plus favorable pour leur prospérité, tels les troupeaux de gazelles, de zèbres, et nous ne pouvons rien contre cela. Nous ne changerons pas. Le croire revient à regarder par la fenêtre la beauté du paysage plutôt que le mur droit devant. L’activité économique est source de pollutions énormes. Travailler dans l’informatique, dans la publicité, dans l’industrie. Qui peut lâcher son boulot dans l’instant pour sauver la planète ? De quoi va-t-on vivre ? D’eau fraîche ? (Pour plus de renseignements pour vivre d’amour et d’eau fraîche, voir la vidéo)

Nous sommes bel et bien prisonniers de notre histoire. Nous ne pouvons qu’espérer que les prédictions soient celles de Nostradamus modernes ?

http://www.dailymotion.com/video/2cSCJBeR29Seo8Li9

 

Source : Citizencats
Trouvé sur : DL2W

Votez pour cet article :  La guerre de l'eau, le movie dans Ecologie wikio4

8 novembre 2007

Noémie, elle ne serait pas Finlandaise ?

Publié par merlinbreizh dans Enfants, Humeur, Santé, Société

Noémie de la Star’Ac 7 ou 8, m’inquiète
Cette jeune fille ne va pas bien. Elle s’est enferrée dans un mécanisme dangereux. Dangereux pour elle, dangereux pour les autres peut-être aussi. J’en appelle à la production de l’émission : faites sortir cette demoiselle au plus vite !! Quand elle passe devant l’écran, je me tiens sur mes gardes, les gosses ont interdiction de passer près de la TV, j’ai trop peur qu’elle ne me voit et me balance un vase à la gueule dans un geste reflexe !

Caméras de surveillance
Noémie n’est plus elle-même face aux regards inquisiteurs des caméras. Elle vit un Bad trip, aussi aidez-la. Cette jeune femme est bien capable de commettre l’irréparable : exterminer les tétards du bassin, déchirrer sa propre photo, mettre fin à ses jours à coups de SMS, ou buter quelqu’un au chateau à l’aide d’une bouteille en plastique (une mort extrêment lente et douloureuse).

Sauvez le soldat Noémie
Ecoutez son discour, entendez-le. Sauvez le soldat Noémie ! Elle est coincée entre l’image qu’elle a d’elle-même (« je suis une grosse merde minable ») et et l’idée qu’elle se fait de ce qu’elle devrait-être (« je suis Noémie, star extra planétaire, la Diva ultime entre toutes »). Le grand écart est intenable. Confronter au réel, cela ne peut que très mal finir pour elle. Elle ne pourra jamais faire coïncider ces différentes images.

Je suis convaincu que lorsqu’elle se reverra dans quelques années, elle ne se reconnaitra pas. Il est évident qu’elle est plus humaine, plus sympathique que l’image qu’elle présente d’elle-même, d’où le danger de vivre dans la représentation de soi, dans la défaite à laquelle celle-ci vous renvoie immanquablement.

Noémie, Star'Ac 7

Seavan règle ses comptes...

En Finland, Pekka-Eric Auvinen a assissiné huit personnes
Il se sentait une merde, il se rêvait tout puissant. Il est enfin la vedette qu’il rêvait d’être. Pour quelques heures. Merci Remington, Smith & wesson et autres fabriquants de quinquailleries. Merci YouTube de lui avoir permis d’avoir une vitrine en vidéo pour mieux faire connaître son oeuvre. De cette alchimie de l’impossible quête, du silence et du non-dit, est sorti un drame. Je ne dis pas que cette jeune fille enfermée à la Star’Ac est le pendant de ce garçon, simplement il me semble qu’elle est en souffrance, que nous la regardons en riant, en la jugeant sur ce qui émane de sa souffrance, que cela est insupportable pour elle, que cela est intolérable pour moi.

Pekka-Eric Auvinen

Le Figaro

6 novembre 2007

« J’irai chercher tous ceux qui restent, quoi qu’ils aient fait »

Publié par merlinbreizh dans Politique, Société, Terre, Vivre autrement

Agaçant
Cette phrase a été prononcé par Nicolas Sarkozy. Ce genre de propos, moi ça me défrise (la preuve par l’image : Ca me défrise (la preuve par l'image...)). Sarkozy a déjà tenu des propos assez hallucinant (sous Poppers peut-être) sur l’Homme africain. On est dans le même registre avec cette tentative d’intimidation adressé au Tchad et aux tchadiens dans l’affaire de l’Arche de Zoé. Comment peut-on penser que certains pays n’auraient pas le droit de juger des Français ? Les faits sont graves, matérialisés (comme dirarait Rachida Dati), alors quoi ? Comment justifier qu’ils ne soient pas juger là-bas, devant le peuple tchadien pour y rendre des comptes. Traiter les tchadiens comme des peuples souverains, adultes est la seule façon de rendre ces anciennes colonies autonomes. C’est ainsi que, pas à pas, la démorcatie s’installera durablement dans ces pays. Dommage pour nos pompiers. Mais personne n’a contraint ces aventuriers de l’Arche perdu à se rendre au Tchad pour y « sauver » des gamins.

Du calme les enfants
S’adresser aux tchadiens comme s’ils étaient encore et toujours des enfants, n’est-ce pas revenir à des temps où l’on considérait l’Homme africain comme un sous homme, un être dénué d’intelligence, de sens moral ? Le mépris, la menace, l’autoritarisme naturel des blancs à son égard, c’est tout ce que l’Afrique ne veut plus. Et je mets ma la tête de nos six concitoyens à couper que le Tchad, et l’Afrique dans son ensemble ne se laissera pas faire si l’attitude à venir de Sarkozy dans cette affaire ne change pas.

Votez pour cet article :

6 novembre 2007

Astérix, Obélix, Lucky-Luke

Publié par merlinbreizh dans Politique, Société, Terre

Astérix et Obélix, orphelins depuis 30 ans !!!

Orphelins depuis 30 ans
Déjà. 30 ans que Gosciny est mort laissant ses petits personnages orphelins, et l’Arche de Zoé qui n’était pas au courant !

Quel dommage ! Quel sinistre ratage ! S’ils avaient su à l’Arche, ils se seraient aussitôt portés volontaire pour sauver les pauvres orphelins. Cela aurait peut-être évité que ces gaillards ne se lancent dans une opération « abracadabrantesque » au Tchad. Ce qui, vous en conviendrez avec moi, aurait enlevé une épine du pied de Sarkozy.

Bon, on pourrait aussi se dire que si les volontaires de l’Arche de Zoé étaient venus au Tchad quand même, mais flanqué de Lucky Luke sur Jolly Jumper, d’Astérix et d’Obélix avec son tonneau de potion magique sous le bras gauche, les choses auraient été fort différentes. D’abord,

1) avec son tonneau Obélix aurait solutionné la faim dans le monde, ce qui lui aurait valu un certain succès, à nous aussi ceci dit en passant.

2) Si les légionnaires romains ont été mis en déroute par Astérix et Obélix en … !?! Ca m’aurait assez plu de voir en vrai Astérix et Obélix dérouiller l’armée Tchadienne ! (remarquez que je ne suis pas raciste, aussi toute autre armée de métier, m’aurait convenue de la même manière)

3) Imaginez Lucky Luke s’éloignant, nonchalant, sur fond de coucher de soleil Tchadien, ça avait de la gueule, non ?

Mais je m’égare, ceci est une autre histoire…

5 novembre 2007

Un coeur grand comme ça !

Publié par merlinbreizh dans Politique, Société, Terre, Vivre autrement

L'arche de Zoé

Et oui, c’est ça le problème
Penser, être si certain d’être « le gentil ». Toujours. Quoi que l’on fasse.

L’enfer est pavé de bonnes intentions
L’Arche de Zoé pensait pouvoir aller partout, avoir un avis sur tout, toujours le bon forcément (ben quoi ? C’est les gentils oui ou non ?). Et puis, avec leurs déguisements de pompier, ils étaient si beaux, si heureux d’exister, médiatiquement parlant. Ils étaient des héros, enfin ! Comme Tintin au Congo, comme Harry Potter à l’école des sorciers, comme Indiana Jones et la dernière croisade. Il faut une sacré dose d’égocentrisme et de narcissisme mélangés pour faire une salade aussi aigre que celle-çi.

Même la manif de soutient fait mal aux yeux. Ces mots placardés les uns à côtés des autres me dérangent, ils se mélangent bizarrement : on dirait une manif raciste pour une europe blanche ! (certes, la photo de Rue89 n’est pas neutre). Il n’empêche, z’auraient dû postuler à la Star’Ac; z’auraient été davantage à leur place.

- Et si je libérais les lions du zoo de Vincennes, moi ?

Rue89

5 novembre 2007

Supercapitalism

Publié par merlinbreizh dans Ecologie, Politique, Société, Vivre autrement

Robert Reich a un nom qui fout la trouille
Cest peut-être cette raison symbolique qui a forgé son destin. Ancien secrétaire d’Etat à l’Emploi de Bill Clinton de 1992 à 1996, Robert Reich est aujourd’hui professeur d’économie à Berkeley (Californie). Ce type est un vrai rebelle comme je les aime : avec un costard bien taillé.

Dans le mur...

Dans le mur, à toute blinde !
Je n’ai pas encore lu son dernier bouquin « Supercapitalism », je ne sais même pas s’il est déjà sorti chez nous. Dans tous les cas, je vais retenir le nom de ce monsieur dans une contrée à peu près calme de mon cerveau car l’interview qu’il a accordé à Libé me plaît bien. Il nous met, nous, les citoyens, en face de nos coupables contradictions qui font que nous pouvons dans le même temps nous plaindre de la baisse des salaires, des délocalisations, et désirer plus que tout un ordinateur toujours plus classe, toujours plus étonnant, et toujours moins cher !

- Ben… Euh…….. J’t'emmerde, voilà.

Contradictions
C’est bien simple, on dirait mes gosses quand ils me réclament une tétine* après avoir fait connerie(s) sur connerie(sssss) toute la journée, et que (je dis ça en passant parce que ça soulage, même si finalement ça n’a pas grand chose à voir) à cause de leurs sales caractères, on est rentré plus tôt de week-end avec notre Berlingo 2.0 HDI !

Oui, on va peut-être dans le mur, et c’est bien nous qui sommes au volant : je, tu, il, nous, vous… Et nous accélérons à qui mieux-mieux, la langue entre les dents pour être le premier (mais en approuvant Nicolas Hulot ou Al Gore à la Radio et en pestant contre Lagardère et le CAC40 !)

 

* Tétine : bonbon absolument dégueulasse « en forme de bite », dixit un copain de classe de ma fille (9 ans et toutes ses dents cariées).

P.S. : Rassurez-vous le petit mal poli a redoublé !

30 octobre 2007

Z, comme Zorro

Publié par merlinbreizh dans Politique, Société, Terre, Vivre autrement

Arche de Zoé

L’Arche de Zoé : quel drôle de nom !
Bien vu, en fait. Eclairant même. L’Arche de Zoé, c’est en effet l’épopée picaresque et moderne de l’Arche de Noé. Ni plus ni moins. A l’époque un doux dingue qui pensait avoir forcément raison, s’était amusé à déplacer (sans autorisation !) un couple de chaque espèce pour les protéger d’un terrible danger qui n’intéressait personne et dont il était le seul à avoir compris l’ampleur. Il avait alors embarqué tout ce petit monde dans un gros porteur de l’époque, l’Arche de Noé.

Résultat
L’Arche de Zoé c’est le rêve d’action (d’héroïsme biblique) d’un groupe de pompiers volontaires qui aiment à s’imaginer comme les sauveurs du monde, de la veuve et de l’orphelin, surtout de l’orphelin ! Tellement persuadés qu’ils ont pris la mesure des choses, qu’ils s’autorisent à franchir tous les interdits, tous les à peu près qui garantissent qu’on ne fasse pas n’importe quoi. Quand on a raison, on a tous les droits, c’est connu. Ca s’appelle le devoir d’ingérence.

Bande de cons !
Mais. (Il y a toujours un « mais », remarquez bien !) Mais, qu’il est facile de leur tomber dessus maintenant, après des années d’immobilisme au sujet du Darfour. L’Arche de Zoé est sans doute une bande de bras cassés en mal d’aventures (ils sont servis !) et de reconnaissance, des couillons dépassés par l’évênement et leur propre connerie. Il n’empêche que personne ne leur a totalement interdit d’y aller, que personne n’est vraiment à même de dire ce qui se passe au Darfour, que tout le monde s’en fiche (d’ailleurs, moi-même…)

Si l’entreprise de l’Arche de Zoé a pu prospérer ainsi, c’est bien que l’Etat Français n’était pas « présent » sur ce dossier, qu’au fond ce qui se passe au Darfour ne l’intérêssait pas vraiment jusqu’ici. Si la France avait eu une position claire, une action organisée pour venir en aide aux populations de cette région du monde, jamais l’ONG n’aurait pu se lancer dans un Arche Noé Revival !

Et quand tout le monde se fout d’un sérieux problème depuis trop longtemps, la porte est ouverte à l’initiative personnelle. A toi de jouer Zorro !

Le résultat en images
En lien, un extrait d’une vidéo de Marc Garmirian, journaliste de CAPA, retenu par les autorités Tchadienne :Vidéo CAPA

26 octobre 2007

A la dérive

Publié par merlinbreizh dans Humeur, Société

Jena-Marie Colombani,  Le Monde

Jean-Marie Colombani est-il d’origine Corse ou Italienne ?
La question est importante quand on considère le véritable racket auquel il s’est prêté : 950 000 € d’indémnités de départ.

C’est le montant confortable du parachute doré auquel il a eu le droit. Je ne sais pas s’il y avait du champagne pour son pot de départ, si c’est le cas, j’espère qu’il aura eu l’élégance de payer la note…

La presse se meurt, Colombani hérite !
Mais Colombani ne semble pas le savoir. Ou bien il s’en contrefiche, comme il se contrefout, peut-être, de l’effet qu’aura cette annonce sur ses chers confrères, sur ses anciens lecteurs. Qui connaît un peu l’état de la presse en France sait combien une telle somme est dramatiquement astronomique pour les caisses du Monde (je parle du journal du soir évidemment !). Les pigistes qui en chie pour boucler leurs « faims » de mois apprécieront.

950 000 €, ça fait combien de piges ?
Combien d’années de Smic ? Combien de piscines ? Combien de paires de chaussures ? Combien de repas chez Ducasse ? Combien de Big Mac ? Combien de DVD ? Combien de Cd ?

Jean-Michel Dumay, président de la Société des rédacteurs du Monde : «C’est indécent ! Ça représente un quart du résultat d’exploitation du groupe. C’est à l’image de la dérive financière que Jean-Marie Colombani a incarnée, c’est une totale démesure !».

Jean-Marie Colombani est membre du Siecle. Un club qui regroupe des grands dirigeants d’entreprises, des anciens ministres, des journalistes de premiers plans. Ce genre de lieux de rencontres me semblent de drôle d’endroits pour une rencontre justement. Un mélange des genres dangereux. Que vient-on y faire sinon du lobbying, de la connivence entre amis du même monde ?

La liste des ouvrages publiés par J-M Colombani :

* Contradictions, entretiens avec Anicet Le Pors, Ed. Messidor, 1984
* L’utopie calédonienne, Denoël, 1985
* Portrait du président ou le monarque imaginaire, Gallimard, 1985
* Le mariage blanc, en collaboration avec Jean-Yves Lhomeau, Grasset, 1986
* Questions de confiance, entretiens avec Raymond Barre, Flammarion, 1987
* Les héritiers, en collaboration avec Jean-Yves Lhomeau, Flammarion, 1989
* La France sans Mitterrand, Flammarion, 1992
* La gauche survivra-t-elle aux socialistes ?, Flammarion, 1994
* Le double septennat de François Mitterrand, en collaboration avec Hugues Portelli, Grasset, 1995
* De la France en général et de ses dirigeants en particulier, Plon, 1996
* Le Résident de la République, Stock, 1998
* La Cinquième ou la République des phratries, en collaboration avec Georgette Elgey, Fayard, 1999
* Les Infortunes de la République, Grasset, 2000
* Tous Américains ? Le Monde après le 11 septembre 2001, Grasset, 2002
* France-Amérique : Déliaisons Dangereuses, en collaboration avec Walter Wells, Jacob-Duvernet, 2004
* Au fil du Monde, Plon, 2007

Certains titres brillent d’un éclat nouveau qui me fait bien rire aujourd’hui…

24 octobre 2007

La Défonse sur Seine

Publié par merlinbreizh dans Santé, Société

Touche pas au grisbi
Ils sont finalement touchants ces banquiers qui ont tant de mal à accepter de se faire toucher ! J’ai passé le week-end, ainsi que mon lundi et mon mardi dans les locaux d’une grande banque de la Défense, à l’ouest de paris (France, Terre). Huit cent personnes y travaillent comme des dingues pour une opération informatique très importante pour l’entreprise.

Qu’ai-je vu ?
Des open-spaces neutres, tristes et sans âme. Pas une seule photo personnelle aux murs, pas le moindre objet inattendu sur les bureaux qui donnerait une impression sur la personnalité qui travaille là. Rien : juste des dossiers, des nomenclatures diverses à suivre scrupuleusement. C’est bien simple je n’ai pas entendu un seul éclat de rire lors de mon passage dans cet immeuble de verre où s’affairent des informaticiens de haut niveau. Les cadres sup qui travaillent là sont tous « fabriqués » sur le même moule. Je ne pensais pas que ce serait à ce point caricatural. On y trouve quelques noirs (bien mis, cheveux, courts, costard sombre ou clair), quelques indiens (bien mis, cheveux, courts, costard sombre ou clair), quelques asiatiques (bien mis, cheveux, courts, costard sombre ou clair), et même un handicapé noir (bien mis, cheveux, courts, costard clair)… Voilà pour l’ambiance.

Zombis
La plus part des visages que j’ai pu croiser ne me voyaient pas. Je souriais, pas eux. Personne ne m’a dit bonjour sans que je ne fasse le premier pas. Ce n’est sans doute pas l’usage. Quelques êtres humains surnageaient malgré tout. Ceux-là ne se sont pas fait prier pour venir souffler dans ma salle de massage. Là il y a eu des rires, des sourires, des confidences, parfois très personnelles.

Protocoles
Les cadres de ces grandes entreprises du C AC 40 sont devenus des O.S. Ils n’ont plus aucune autonomie, leurs tâches sont soumises à des protocoles très stricts, tout écart est sanctionné, comme à l’usine. Ces protocoles font qu’ils se fliquent les uns les autres. La faute est interdite. La personnalisation aussi. Chaque employé se doit d’être interchangeable. Il ne faut surtout pas être excellent dans cet univers, il faut être standard. Celui qui s’approche au plus près de ce standard protocolaire est la perfection. C’est donc tout naturellement que le plus lisse grimpe l’échelle des responsabilités et se retrouve chef de service, dézinguant toute les têtes qui dépassent autour de lui, éliminant les adversaires les plus dangereux pour lui. C’est là leur vrai et serul ambition, un fauteuil situé plus haut dans les étages, avec le salaire qui va avec. C’est le seul intérêt de leur douloureux métier…

Hold-up
Je n’allais quand même pas renoncer à faire une sé »ance de réflexologie à un de ses cadres-clones. J’ai beaucoup essayé. La plus part ont refusé poliment d’une voix douce et posée, mais ferme. Un seul s’est laissé prendre. Un oriental sans doute plus habitué aux hamams, et donc moins déstabilisé par la perspective de se retrouver allongé sur une table de massage. Il ne connaissait pas la réflexologie, mais soit : « Cinq minutes alors… »

Gros dodo
Il a dormi comme un bébé pendant 25 minutes, sa cravate bien posée sur son ventre qui se levait et s’abaissait en rythme régulier. J’ai dû le réveiller : « Môssieur…. ? »

Et j’ai eu le droit à un grand sourire d’enfant, des yeux ronds embrumés de sommeil, un long moment de récupération (Où suis-je ? Que fais-je donc ici ? Ah oui… C’est vrai, la banque…) et un grand merci profond : « C’est super. Vraiment merci, ça m’a fait fait beaucoup de bien »

Bien évidemment, je ne l’ai même jamais recroisé dans cet immense bâtiment de verre…

La Défonse sur Seine dans Santé pa220080

La Défense, lundi 22 Octobre 2007, 19h30

12345

zhaby2toi.unblog.fr |
Le petit monde de Puce |
virtualgraphia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Watit'.lamine
| Jean-Luc Boucabeille
| Combattre encore et toujours